La Gériatrie Pratique

 

Les Syndromes gériatriques

 

1.Dénutrition , déshydratation :

 

Les étiologies

 

. Le seuil du goût s’estompe

. les Nombreux médicaments modifient le goût

. Altération de la denture

. Muqueuse gastrique => retard d’assimilation des nutriments

. Diminution de la sensation de soif

.Tout état d'hyper catabolisme: stress, cicatrisation, fractures...

. Isolement ,ennui

. Diminution des revenus

. Ignorance des besoins /idées fausses sur l'alimentation..

. Dépression

 

Les besoins nutritionnels

 

30 kcal/kg/j en situation normale => augmente jusqu'a 45 kcal/kg/j en cas d'hypercatabolisme

+/- 1800 calories/jour pour 60 KG / quand il y a diminution de l’activité physique mais

besoin de plus d’énergie nécessaire pour moins d’effort.

=> Protéines : 1,1 à 1,2 g/kg / jour chez sujet âgé (1g / l’adulte)

=> Glucides : pommes de terre ….

=> Lipides : 9 à 10 g/ jour (soit 1 cuillère à soupe d’huile végétale / jour)

=> Vitamine D : besoins importants, elle est synthétisée par le soleil (rare dans alimentation)

=> Minéraux : besoins importants en Ca

=>Boissons : il est important de bien hydrater la personne âgée car il y a diminution de la sensation de soif, peur de se souiller en cas d’incontinence… en cas de déshydratation ,il y a risque majeur de confusion et de troubles métaboliques .

 

La Conduite à tenir

 

A domicile : => évaluer les revenus financiers

                           => se poser la question de qui prépare les repas ?

En institution :

 

- Conserver la notion de plaisir de manger

- Éviter de mettre tout le repas sur la table

- Couvert + ustensiles adaptés

- Aider, ne pas faire à la place

- Privilégier les goûts en enrichissant les repas

- Pas de stress, respect du rythme de la personne âgée

- Vérifier la position de la personne pendant le repas : assiette et couverts accessibles, position confortable

- Attention aux fausses routes = adapter l’alimentation au handicap (eau gélifiée)

- Observer l’état cutané (peau sèche) , l’état bucco-dentaire (la bouche sent mauvais ..)

 

La nutrition entérale :

 

Autant que possible préserver l’alimentation per os ,quand ce n’est plus possible

- pose d’une Sonde gastrique (provisoire<1mois)

- pose d’une sonde de Gastrostomie par voie endoscopique (souvent définitif)

 

2.troubles de la marche et de la locomotion

 

- syndrome parkinsonien = marche à pas lents traînants, irréguliers avec difficultés au démarrage et blocage avec piétinement sur place.

- Tronc fléchi et rigide

- Paralysie type hémiplégie = marche en fauchant

- Il est important de maintenir l’autonomie malgré les troubles, avec des séances de kinésithérapie, mais aussi déambulateurs , fauteuils roulants….

- Respect du rythme de marche de la personne âgée (éviter d’être devant elle quand on l’accompagne)

- Techniques d’aides à la marche

 

3.l’incontinence urinaire

 

La petite fuite anodine peut aboutir à un isolement social voire de la confusion mentale quand elle n’est pas gérée.

- Le syndrome prostatique chez l’homme : il préfère rester chez lui car il ne sait pas s’il pourra trouver de toilettes, « la petite goutte » après qu’il ait uriné peut salir ses vêtements et il sent l’urine…

- Le prolapsus chez la femme  entraîne une diminution de la tonicité des sphincters et l’incontinence urinaire d’effort ( rire, soulever un poids…) ou l’incontinence par diminution de l’autonomie (réduction du temps d’alerte fonctionnelle : le temps entre l’envie d’uriner et le moment où on ne peut plus se retenir est extrêmement bref) entraîne le même processus de honte et d’isolement social.

- Pour éviter cet isolement social, il faut développer la protection anatomique légère qui permet de cacher l’incontinence et rassure .

- Orienter les boissons (éviter le thé (diurétique), de trop boire avant de sortir)

- On peut guider la personne pour qu’elle établisse une programmation mictionnelle en fonction de son activité

 

4.les troubles du transite intestinale

 

Le Ralentissement intestinal entraîne la constipation.

IL est nécessaire d’augmenter les fibres dans l’alimentation, d’augmenter boissons, de diminuer le sucre,

 faire des massages quotidien (si possible) du cadre colique,  et si échec on peut  mettre un traitement médicamenteux .

 

5.les modifications du sommeil

 

Modification du rythme de sommeil : la personne âgée s’endort plus tôt ou réalise des petites siestes la fatigabilité est importante au grand age .

Utiliser avec prudence les somnifères, et surtout choisir des molécules à demi-vie courte.

 

6.le syndrome de glissement

 

- Cette expression n’est plus beaucoup utilisée

- Personne n’ayant plus envie de vivre, synonyme souvent de dépression .

- Le choix thérapeutique dans ce syndrome est réalisé au cas par cas,

selon la qualité de vie que pourra obtenir la personne âgée et les valeurs qu’elle a toujours défendu.

 

7.le syndrome d’immobilisation ou état grabataire

 

C’est l’extrême dépendance : due à la défaillance du fonctionnement de plusieurs systèmes:  

 

- Cardiovasculaire

. Hypotension artérielle orthostatique (alitement)

. Risque de thrombose pendant l’alitement.


- Broncho-pulmonaire

. Diminution du tonus des muscles respiratoires et stase des sécrétions bronchiques => encombrement=> infection.

 

- Digestif

 .Ralentissement intestinal important ( inaction des muscles abdominaux, ralentit le péristaltisme)

 .Certains médicaments (notamment antalgique type morphiniques) ralentissent le transit.

 .La constipation peut aboutir à des fécalome voire une sub-occlusion.


- Urinaire

. la Réduction de la mobilité => des stases urinaires => infection urinaire.


- Troubles trophiques

.Essentiellement les Escarres (nécrose des tissus due à une compression entre 2 plans durs).Donc il est nécessaire de travailler sur les positionnements de la personne ne jamais la laisser dans la même position longtemps ,par exemple.


- Trouble musculaire

. Amyotrophie et enraidissement des articulations : pied équin, flexome ,rétraction des membres supérieurs ou inférieurs (position vicieuses).

 

8.les troubles de la communication

 

C’est un besoin Primordial : il donne à la personne âgée quelque soit son état mental le sentiment d’exister

 

Conduite à tenir 

 

- donner des repères... dans le temps = jour, heure, ...

 

- dans l’espace = toujours se présenter, dire où l’on est

 

- donner des explication simples, claires, à une distance correcte et de façon audible.« dites plutôt : « buvez » que « vous voulez bien prendre votre verre pour boire ? »

 

- Commencer le geste, la personne suivra.

 

Si la personne ne comprend pas, elle ressent très bien les tensions, les moqueries, la tendresse. Le ton de notre voix ,

 l’attitude de notre corps, le regard sont autant de signes auxquelles la personne se raccroche pour se sentir sécurisée.

 

- Respecter la pudeur, les habitudes de vie

 

- Valoriser l’image de soi, dites par exemple « vous avez une jolie robe aujourd’hui ou vous avez bonne mine »

 

- Privilégier la relation non-verbale pour les plus grabataires, un sourire, un regard, le toucher.

 

- Se placer près de la personne âgée, mais pas trop de façon à respecter"sa bulle d'intimité" .

 

- La toucher pour établir un contact ,observer si elle accepte ce contact, ne pas insister si elle ne veut pas.

- Se mettre à sa hauteur.

- Écouter la personne âgée (ne pas forcément abonder dans son sens).

 

Le Web Master